Actualité

USA : Christine Lagarde inquiète de l’impact redoutable des mesures sur l’acier

En plein dans sa politique, Donald Trump a décidé l’application d’une taxe sur les importations d’aciers en provenance de l’Union européenne. Une décision qui a provoqué plusieurs frustrations et poussé les autorités européennes à prendre des mesures dites de « rétorsion » contre les exportations américaines. La guerre est alors lancée entre les deux pôles commerciaux et la présidente du FMI exprime ses inquiétudes. Christine Lagarde estime, en effet, que l’impact de cette guerre commerciale pourrait s’avérer redoutable pour tout le monde.

Des inquiétudes avérées

Après cette décision de Donald Trump, nombreux sont les Américains qui ont exprimé leurs réserves par rapport à cette politique qui, semble-t-il, met en avant les intérêts de l’Amérique. Ensuite, la plupart des pays voisins des États-Unis (Mexique et Canada) de même que l’Union européenne ont exprimé leurs vives contestations par rapport à cette mesure. En effet, le président américain a décidé de mettre en place des droits de douane de 25% pour l’acier et 10% pour l’aluminium concernant les importations aux États-Unis. Son objectif, c’est de protéger son industrie sidérurgique nationale. Pour l’Union européenne, il s’agit d’une décision inacceptable dans le contexte de globalisation actuelle et prévoit des mesures de rétorsion dans les prochaines semaines.

Ce qui pourrait avoir un impact macroéconomique non négligeable aussi bien pour les États-Unis que pour l’Union européenne. Aujourd’hui, les pays qui risquent d’être les plus affectés par cette mesure restent l’Allemagne et le Canada. Dans n’importe quelle guerre commerciale, les tarifs douaniers sont augmentés tous azimuts et ceci bloque les exportations de parts et d’autres. Aucun pays n’y gagne forcément et le commerce international se retrouve paralysé. Ce qui représente un canal de transmission d’une baisse de la croissance au niveau mondial, car les échanges ne seront pas à la hauteur.

Satisfécit prudent pour Macron

Aujourd’hui, le FMI montre toutes ses inquiétudes  par rapport à ce qui pourrait arriver pour les prochains jours. Du coup, la dirigeante du FMI appelle les différentes parties à négocier afin de trouver une issue à cette crise commerciale qui se profile. L’actuelle compagne de Xavier Giocanti estime, toutefois que Donald Trump a quelques bonnes raisons de protester contre la situation commerciale actuelle entre les États-Unis et les autres pays. On pense alors à la Chine avec laquelle les relations commerciales sont aussi complexes qu’interdépendantes. Ce qui rend leurs relations compliquées.

Show Buttons
Hide Buttons