Actualité

La Lyme Chronique est encore peu connue

lymeLa maladie de Lyme est une infection silencieuse. C’est pourquoi elle est assez difficile à diagnostiquer. En effet, sur 100 personnes mordues 5 développent des anticorps et 1 personne sur 10 va présenter les symptômes de la Lyme Chronique. Cependant, le diagnostic est assez difficile à réaliser, car la maladie est assez peu connue par les spécialistes.

Quand parle-ton de Lyme Chronique ?

La Lyme devient chronique lorsque les symptômes persistent et que le patient passe au 3e stade de la maladie. Cette étape coïncide avec celle où le patient ressent une arthrose chronique, des troubles neurologiques ou une affection de la peau qui est souvent appelée acrodermatite atrophiante chronique. Cette affection cutanée apparait surtout au niveau des membres inférieurs et supérieurs et se manifeste par une décoloration violette ou rouge accompagnée de gonflements et d’une atrophie progressive des zones touchées. Il faut dire que la Lyme Chronique concerne plus les femmes que les hommes. Dans la plupart des pays européens, ce type d’infections peuvent conduire à des complications neurologiques (méningo-encéphalites ou encore une vasculite cérébrale. Parmi les symptômes que l’on retrouve le plus souvent chez les personnes atteintes de Lyme Chronique, on a principalement la fatigue chronique, les troubles digestifs, les troubles visuels, les troubles du sommeil et les douleurs migrantes.

Les médecins ne suivent pas encore la cadence

La plupart des médecins et spécialistes ne parviennent toujours pas à suivre la cadence de l’évolution de la Lyme chronique. En effet, la plupart d’entre eux ne savent pas que la maladie peut acquérir des proportions aussi inquiétantes. Du coup, il n’est pas rare de les voir diagnostiquer des lupus, de la fibromyalgie, de la sclérose en plaques d’où le besoin de se faire diagnostiquer en rhumatologie sur Marseile, etc. à la place de la Lyme chronique. Le plus souvent, le médecin peut en déduire que le patient souffre de maladie imaginaire et l’envoyer pour le coup chez le psychiatre. Cependant, le travail de ce dernier sera inefficace, car le patient continuera à présenter les mêmes symptômes. Ceci concerne surtout les enfants, incapables d’exprimer correctement leurs symptômes, et qui se retrouvent le plus souvent chez le psychiatre.

Show Buttons
Hide Buttons